Addiction

On estime qu’environ 90% des personnes sont victimes d’une quelconque dépendance.

LES DISPOSITIFS

L’une des principales difficultés réside dans le fait d’annoncer à un salarié qu’il est dépendant d’une substance sans le heurter et freiner son accompagnement futur. Dans un premier temps, si cela est possible, il s’agit de déterminer le type de substance, le degré de dépendance et l’impact sur sa vie personnelle et professionnelle notamment sur la difficulté ou non à effectuer son travail. Vérifier également si ces faits sont connus de ses collègues et si son état à une incidence sur l’équipe et sur l’ambiance générale.

Au sein de l’entreprise, vous pouvez faire appel à la médecine du travail et au service social si celui-ci est présent sur le site ou le service social interentreprise, afin d’apporter un accompagnement adapté au salarié.

  1. Pour évaluer la consommation : il faut s’intéresser aux symptômes récurrents tels qu’un fort taux d’absentéismes, des demandes de soins banales, mais répétées, des relations familiales et amicales complexes, dégradations de l’aspect physique et peu enclin aux loisirs.
  2. De l’évaluation à l’annonce : il est très difficile de convaincre un utilisateur de drogue de cesser sa consommation s’il se trouve dans la seule phase de « plaisir », c’est-à-dire s’il n’a pas encore pris conscience des effets néfastes de sa consommation et/ou de sa dépendance et ne voit que le plaisir que lui procure la drogue. Au sujet de la dépendance, beaucoup d’utilisateurs de drogue n’ont pas conscience de leur dépendance et pensent pouvoir s’arrêter quand ils le veulent… et c’est souvent lorsqu’ils essayent réellement d’arrêter qu’ils découvrent cette dépendance. Dans le contexte de l’entreprise, il est important de préparer la rencontre en amont avec le salarié. La façon dont on présente la situation est aussi importante que l’annonce de la dépendance elle-même. Il est donc primordial de choisir le lieu et le moment et les personnes qui vont vous accompagner dans cette démarche. N’hésitez pas à vous entourer de personnes dont c’est le métier et qui ont l’habitude d’être confrontés à ce genre de situations, tels que le médecin du travail, le service social.
  3. De l’accompagnement au partenariat
  4. A ce stade, le salarié a eu les informations nécessaires lui permettant d’évaluer la situation, ainsi que les possibilités que lui offre son entreprise pour l’accompagner dans sa démarche. On le rassure sur le fait qu’il a la possibilité de se faire aider tout en conservant son poste.